27/08/2020

L’Union Européenne envoie un message fort au Royaume-Uni !


EUR

À l’heure où l’Europe enregistre un rebond de cas de Coronavirus recensés, chaque pays répond à ce phénomène de manière différente. Ainsi hier, la Belgique ajoutait Paris, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne, la Sarthe, l’Hérault et les Alpes-Maritimes en « zone rouge ». Cela signifie que les voyages à destination de la Capitale ne sont plus autorisés, à moins de se soumettre au retour à un dépistage ainsi qu’à une période d’isolement. Cette mesure ne s’applique toutefois qu’aux voyages non-essentiels, et ne concerne donc pas les personnes qui voyagent pour le travail et pour des raisons familiales ou médicales. Le gouvernement belge estime que les séjours à l’étranger représentent un des facteurs majeurs de propagation du Coronavirus (22% des contaminés sur le mois d’août revenaient d’un voyage).

Hier Isabel Schnabel, membre du directoire de la Banque Centrale Européenne, a déclaré que les « effets secondaires » provoqués par les taux d’intérêts négatifs sont susceptibles « d’augmenter avec le temps ». Une déclaration qui va donc à l’encontre d’un maintien des taux actuels, qui sont négatifs depuis 2014 et visent à booster l’économie et les circuits d’emprunts, mais qui n’est pas si surprenante que cela venant de la part de Schnabel. Nommée au board de la BCE directement par le gouvernement allemand, on comprendra aisément qu’elle adopte une posture similaire à celle de l’Allemagne, qui a tendance à vouloir une politique monétaire plus orthodoxe avec des taux directeurs élevés et une action monétaire modérée. Cette dernière ajoutait attendre « une réponse politique énergique des gouvernements à la pandémie, pour augmenter la croissance potentielle et ouvrir la voie à des taux positifs ». Nous attendrons d’ailleurs en fin d’après-midi un autre discours d’un membre exécutif de la BCE, Philip Lane.

GBP

« Il n’y aura pas d’accord à tout prix ». Invité de BFM Business, Michel Barnier, le négociateur en chef de l’Union Européenne pour un accord commercial avec le Royaume-Uni, prononçait hier ces mots forts. Se fixant un objectif extrêmement ambitieux, alors que les discussions sont au point mort depuis janvier, il déclarait qu’il fallait « trouver un accord dans les huit semaines ». Ce dernier avouait également être « déçu » car les britanniques auraient « poussé beaucoup de sujets qui les intéressent sur le commerce, l’énergie, les transports, la sécurité intérieure » mais auraient bloqué les progrès sur les sujets prioritaires pour le bloc européen. « Deal ou pas deal, le 1er janvier prochain il y aura des changements. Tous les produits qui rentrent en Europe venant du Royaume-Uni seront contrôlés. Sans accord on ajoutera des taxes et des quotas sur les produits qui rentrent chez nous » expliquait-il. Une déclaration qui ne manquera pas de mettre un coup de pression sur David Frost, son homologue britannique, avec lequel les discussions continueront la semaine prochaine.

USD

Aux États-Unis le secteur manufacturier semble se reprendre, ce qui redonnera le sourire au billet vert. En effet, la progression du nombre de commandes de biens durables a été confirmée, et ce pour le troisième mois consécutif. Hier, on apprenait ainsi que la croissance du secteur en juillet s’élevait à 11.2%, largement au-dessus des attentes fixées par le consensus à 4.3%. Cette hausse reste toutefois à relativiser puisque si l’on exclut le secteur des transports, cette augmentation n’est plus que de 2.4%.

L’évènement majeur de la journée, et même de la semaine, c’est le début du traditionnel symposium annuel de Jackson Hole qui se déroulera pour la première fois en ligne via téléconférence ! Celui-ci permet de réunir les banquiers centraux du monde entier dans une « Grande Messe » qui se tient habituellement dans la petite ville du même nom située dans le Wyoming. Le rendez-vous est donc très attendu puisque les investisseurs en sauront peut-être davantage quant aux futures actions de la Fed ou de la BCE. On prêtera donc une attention toute particulière au discours de Jerome Powell, à 15h10.

Nous attendrons également les publications des chiffres du chômage et du PIB pour le deuxième trimestre (attendu en contraction de 32.5%).

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

14h30 : Inscriptions hebdomadaires au chômage (USD)
14h30 : PIB (T2) (USD)
15h10 : Discours de Powell (Fed) (USD)
17h30 : Discours de Lane (BCE) (EUR)


Pourquoi choisir RationalFX?

Basée au cœur de Canary Wharf, le quartier financier de Londres, RationalFX a échangé plus de 10 milliards $ de devises à travers le monde. Profitez de nos taux de change concurrentiels, de notre expertise du marché, de notre série de produits Forex et de notre plateforme de paiement en ligne pour vos virements bancaires internationaux dans plus de 50 devises.

Peu importe la raison de vos paiements à l’étranger, nous sommes sûrs que nos spécialistes des devises vous feront gagner du temps et de l’argent, en vous offrant plus de tranquillité d’esprit. Appelez notre équipe dès maintenant au : +33 3 59 36 04 50.