23/07/2020

La Russie aurait-elle influencé le référendum du Brexit en 2016 ?


EUR

Le Président du Parlement européen, David Sassoli, déclarait hier que l’institution était “satisfaite du fonds de relance” mais étend “négocier le budget” 2021-2027. Le compromis réalisé sur ce dernier est à la source d’objections importantes. Sassoli s’est ainsi montré catégorique hier : “certaines coupes sont injustifiables”. La session plénière extraordinaire qui se tiendra aujourd’hui, en présence du Président du Conseil Européen (Charles Michel) et de la Présidente de la Commission Européenne (Ursula von der Leyen) sera donc attentivement suivie. Une affaire pas aussi bouclée qu’on aurait donc pu le penser initialement …

Ce matin, on apprenait via un rapport publié par le Ministère du Travail français que le nombre d’entreprises ayant eu recours au chômage partiel avait fortement chuté au mois de juin, signe d’un déconfinement réussi. Ainsi, 58% des salariés se trouvaient fin juin dans une entreprise ayant mis au moins une partie de ses salariés au chômage partiel, contre 73% à la fin mai.

GBP

Dans un document de 55 pages, dont Boris Johnson retarde la publication depuis le mois d’octobre, on apprenait mardi que l’ingérence russe dans le référendum sur le Brexit en 2016 n’avait pas réussi à être démontrée. En revanche, y est clairement mentionné le manque de curiosité du gouvernement britannique, accusé de ne pas avoir cherché à savoir ce qui s’était réellement passé et qui pourrait de facto être la raison pour laquelle cette ingérence reste à ce jour impossible à démontrer. Dans la session hebdomadaire des PMQs (Prime Minister Questions) d’hier, la dernière avant une pause estivale, c’est donc encore la Russie qui a créé l’émoi. Starmer, chef de file de l’opposition, a ainsi demandé à Boris Johnson des explications sur la non-action du gouvernement dans ce dossier, mettant en exergue “la menace immédiate et urgente” que posait la Russie pour la sécurité nationale. “Jusqu’à récemment, le gouvernement a fortement sous-estimé la menace Russe” ajoutait-il. On comprendra aisément que le sujet fait rage de l’autre côté de la Manche, car l’ingérence russe dans le référendum du Brexit de 2016 pourrait être une affaire d’Etat majeure alors que Boris Johnson était le premier défenseur du mouvement “pro-Brexit”. Pour éviter un réel scandale politique national, on comprend le durcissement de position récent du gouvernement dans sa politique d’affaires étrangères.

Nous attendrons en début d’après-midi un discours de Haskel, membre du Comité de Politique Monétaire de la Banque of England.

USD

Le dollar continue de souffrir. Le billet vert est totalement miné par l’appétit pour le risque qui s’est emparé des marchés depuis quelques semaines. Seul le temps pourra nous dire si l’optimisme des marchés est justifié, car certaines incertitudes persistent toujours : élections américaines, évolution de la pandémie de Coronavirus, tensions sino-américaines, no-deal entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni…

D’ailleurs, on apprenait hier que les États-Unis donnait 72h à la Chine pour fermer son consulat à Houston. Une décision “unilatérale” qui est considérée comme “une escalade sans précédent dans l’attitude des États-Unis envers la Chine” déplorait Wang Wenbin, le porte-parole du ministère des Affaires Étrangères. Le gouvernement chinois n’a pas manqué de rappeler “qu’une réponse adéquate sera nécessaire” si Washington ne revient pas sur sa décision.

Nous attendrons aujourd’hui les inscriptions hebdomadaires au chômage.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

13h00 : Discours de Haskel (BoE) (GBP)
14h30 : Inscriptions hebdomadaires au chômage (USD)


Pourquoi choisir RationalFX?

Basée au cœur de Canary Wharf, le quartier financier de Londres, RationalFX a échangé plus de 10 milliards $ de devises à travers le monde. Profitez de nos taux de change concurrentiels, de notre expertise du marché, de notre série de produits Forex et de notre plateforme de paiement en ligne pour vos virements bancaires internationaux dans plus de 50 devises.

Peu importe la raison de vos paiements à l’étranger, nous sommes sûrs que nos spécialistes des devises vous feront gagner du temps et de l’argent, en vous offrant plus de tranquillité d’esprit. Appelez notre équipe dès maintenant au : +33 3 59 36 04 50.