22/07/2020

Donald Trump change de discours face à la pandémie


EUR

Invité du journal de 20 heures de TF1, Emmanuel Macron a hier jugé nécessaire de rassurer les français quant au plan de relance de 750 milliards d’euros approuvé par le Conseil Européen ; “le moment le plus important depuis la création de l’euro” selon lui. Il a précisé que la France sera le troisième bénéficiaire de ce mécanisme après l’Italie et l’Espagne. Il a aussi insisté sur le fait que “ce n’est pas le contribuable français qui paiera” puisque celui-ci sera financé par “de nouvelles ressources propres”, en évoquant notamment “un impôt sur les grandes entreprises et les acteurs internationaux” (en référence notamment à la taxe GAFA).

Dans la soirée Luis de Guindos, le Vice-Président de la Banque Centrale Européenne, signalait que, si l’économie de la zone euro s’était contractée moins que prévu au deuxième trimestre, une nouvelle vague de Coronavirus dans des zones géographiques clés pourrait altérer cette reprise. Il a notamment pris l’exemple des États-Unis, de l”Amérique Latine et de certaines parties de l’Asie. Nous attendrons aujourd’hui une nouvelle intervention de sa part en fin d’après-midi.

GBP

Le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo rendait hier visite à Boris Johnson à Londres. Les deux pays alliés dans les tensions avec Pékin montrent de plus en plus d’atomes crochus dans leur politique internationale. Outre le Premier Ministre, Pompeo a aussi rencontré le Ministre local des Affaires Étrangères, Dominic Raab, ainsi que Nathan Law, un des militants hongkongais les plus populaires.

Du côté du Trésor était annoncé une hausse salariale supérieure à l’inflation pour 900 000 travailleurs publics. Mais parallèlement à cette annonce positive, le Ministre des Finances Rishi Sunak faisait savoir qu’il “sera nécessaire de restreindre les hausses de salaires pour les trois années à venir”. Une double-annonce vivement critiquée par les syndicats, qui caractérisent la bonne nouvelle à court terme “d’écran de fumée” pour dissimuler la mauvaise nouvelle. Un choix pourtant jugé vital pour Sunak, qui ne manque pas de rappeler que le Secteur Public a sombré des suites du COVID-19.

Enfin, un article du Telegraph qui se baserait sur des sources gouvernementales a fait couler beaucoup d’encre hier. On y apprend que le gouvernement britannique serait très pessimiste concernant un éventuel accord commercial avec l’Union Européenne. Seuls persistent des espoirs d’un accord “basique”, dans l’optique où le bloc ferait des concessions d’ici l’automne. Cependant, cela ne surprend pas au regard du peu de progression dans les échanges entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne depuis le début de l’année. Le risque que les deux parties se quittent sans accord grandit et cela impliquerait qu’elles commerceraient selon les principes de base de l’Organisation Mondiale du Commerce.

USD

Au cours d’un briefing qui se tenait à la Maison Blanche, le premier depuis la fin du mois d’avril, Donald Trump avertissait hier que la pandémie devrait “probablement s’aggraver, avant de s’améliorer”. Après des semaines de déni de la part du Président, cette annonce a pesé sur les bourses mondiales en ouverture ce matin. Il a cependant réaffirmé que le virus “disparaitrait” et qu’il ne réimposerait pas de confinement national, puisque cela avait été initialement mis en place pour éviter de surcharger les hôpitaux.

Nous surveillerons aujourd’hui la parution des chiffres du secteur immobilier.

L’AGENDA ÉCONOMIQUE DE LA JOURNÉE

15h00 : Discours de Claudia Buch (Bundesbank) (EUR)
15h00 : Indice des prix immobiliers (mai) (USD)
16h00 : Ventes de logements existants (juin) (USD)
17h00 : Discours de De Guindos (BCE) (EUR)


Pourquoi choisir RationalFX?

Basée au cœur de Canary Wharf, le quartier financier de Londres, RationalFX a échangé plus de 10 milliards $ de devises à travers le monde. Profitez de nos taux de change concurrentiels, de notre expertise du marché, de notre série de produits Forex et de notre plateforme de paiement en ligne pour vos virements bancaires internationaux dans plus de 50 devises.

Peu importe la raison de vos paiements à l’étranger, nous sommes sûrs que nos spécialistes des devises vous feront gagner du temps et de l’argent, en vous offrant plus de tranquillité d’esprit. Appelez notre équipe dès maintenant au : +33 3 59 36 04 50.