26/05/2020

Paiements internationaux : n’oubliez pas le Brexit


Vous vous souvenez du Brexit ? Rappelez-vous le 31 janvier dernier à 11h : le moment précis où le Royaume-Uni a enfin quitté l’UE, plus de trois ans et demi après que le référendum ait lancé le processus du Brexit, autant de fêtes que de manifestations ont eu lieu ce jour-là et un compte à rebours avant cet événement historique a été projeté sur Downing Street. Telle a été l’importance de cet événement historique, et du très long processus de négociation le précédant, décrit par de nombreuses personnes comme le plus grand défi de notre nation depuis la seconde guerre mondiale. Ça vous rappelle quelque chose ?

Avance rapide et arrivée au début du mois de mars, où un autre événement encore plus important commence à monopoliser l’actualité et relègue le Brexit au bas de l’agenda politique : la propagation rapide du Covid-19. Naturellement, le choc économique entraîné par cette crise sanitaire mondiale est actuellement au cœur des préoccupations des petites et moyennes entreprises (PME), mais cela ne signifie pas que le processus du Brexit en cours doit être occulté.

Négociations post-Brexit

Le Brexit n’a pas pris fin au moment où tout le monde s’est réveillé le 1er février. Le Royaume-Uni est entré dans une période de transition de 11 mois jusqu’au 31 décembre, pendant laquelle il reste dans l’union douanière et sur le marché unique. Ce délai a été fixé pour donner le temps au gouvernement britannique et aux représentants de l’UE de décider de leurs relations futures sur des questions essentielles comme le commerce, une préoccupation majeure pour les entreprises opérant à l’international.

Malheureusement, l’intensification rapide de la pandémie de Covid-19 en Europe a reporté ces négociations de six semaines, raccourcissant encore plus des délais déjà serrés. Depuis, les représentants se sont à nouveau réunis lors de sessions vidéos pendant le confinement sur le continent.

Le gouvernement peut demander une prolongation de la période de transition d’un ou deux ans, à condition de le faire avant le 1er juillet. Mais, avec un mandat Brexit fort suite à sa victoire écrasante aux élections, Boris Johnson a modifié le projet de loi Brexit pour rendre illégale toute prolongation. Cette décision audacieuse est vue comme une tentative pour forcer l’UE à accepter un accord de libre-échange complet d’ici le 31 décembre. Même s’il serait relativement simple d’annuler l’interdiction, la porte se refermera définitivement si le gouvernement fait demi-tour et demande une prolongation après le 1er juillet.

Malgré l’ampleur de la crise du Covid-19, le Royaume-Uni ne semble pas changer d’avis sur la prolongation. Son négociateur en chef, David Frost, a ouvert la première session vidéo en « réitérant la volonté du gouvernement de ne pas prolonger la période de transition et que tout pourrait être réglé d’ici la fin de l’année ».

Qu’est-ce qui compte pour les entreprises au sujet du Brexit ?

Un sondage effectué auprès de PME pendant les négociations du Brexit a révélé l’importance du commerce pour ce segment significatif du marché britannique :

  • 66 % (deux tiers) des sondés pensaient que le gouvernement devait s’attacher à se mettre d’accord sur un accès continu au marché unique.
  • 62 % des sondés souhaitaient des accords commerciaux pour avoir accès aux marchés hors de l’UE.
  • Maintenir l’accès au marché unique était une priorité pour les PME dans l’industrie (68 %), le commerce de détail (62 %), l’informatique (74 %) et les médias (69 %).

Dates-clés restantes sur le calendrier des négociations commerciales

Voici les événements clés à venir sur le calendrier des négociations commerciales d’ici la fin de l’année :

Juin – une déclaration politique conjointe, convenue dans le cadre de l’accord du Brexit, un sommet doit avoir lieu. À ce stade, les deux parties devront décider si elles peuvent finaliser leur nouvelle relation commerciale d’ici fin 2020.

26 novembre – selon les représentants de l’UE, cette réunion fin novembre est le dernier moment pour signer un accord si la période de transition s’arrête fin 2020.

31 décembre – si un accord commercial n’est pas convenu d’ici là, ce qui reviendrait au même qu’un Brexit sans accord, le Royaume-Uni serait contraint d’adopter les conditions de l’Organisation mondiale du commerce, soit des tarifs douaniers sur les marchandises et des contrôles obligatoires aux frontières.

Qu’est-ce que tout cela signifie pour la livre sterling ?

Le vote pour quitter l’UE a entraîné une série d’événements politiques majeurs, des négociations aux votes parlementaires en passant par les élections générales et les courses à la direction des partis, ainsi qu’une vague d’incertitude économique, qui, combinées, ont dévalué la livre sterling.

Et puis, l’optimisme post-élection est arrivé, inspiré par le mandat fort des Conservateurs pour « régler le Brexit », qui a donné un nouveau souffle indispensable à la livre sterling. Mais, ces gains se sont rapidement évaporés, quand Boris Johnson a révélé son intention d’interdire toute prolongation de la période de transition, laissant craindre que le Royaume-Uni n’ait pas assez de temps pour trouver un accord commercial réalisable d’ici décembre.

Si le gouvernement ne réussit pas à obtenir un accord avec l’UE d’ici la fin de l’année, le Royaume-Uni quittera l’Union sans accord. Ce scénario fâcheux provoquerait une nouvelle période d’incertitudes politiques et économiques liées au Brexit, qui pourraient peser sur la livre sterling et faire grimper le coût des paiements internationaux. Mais, si les deux parties trouvent un accord avant la fin de l’année, la livre sterling devrait prospérer grâce à la clarté que cela apporterait.

RationalFX

Au lieu d’attendre le résultat des négociations commerciales, vous devriez agir dès maintenant en adoptant une approche proactive en ce qui concerne l’exposition aux risques des devises de votre entreprise. RationalFX travaillera en partenariat avec vous pour développer une stratégie de change sur mesure prenant en compte les risques et les besoins de votre entreprise. Des solutions de paiement en ligne efficaces aux informations précises sur le marché et à l’assistance pour déployer des solutions flexibles protégeant vos paiements des fluctuations de taux, nous pouvons vous aider à vous préparer à toute éventualité.


Pourquoi choisir RationalFX?

Basée au cœur de Canary Wharf, le quartier financier de Londres, RationalFX a échangé plus de 10 milliards $ de devises à travers le monde. Profitez de nos taux de change concurrentiels, de notre expertise du marché, de notre série de produits Forex et de notre plateforme de paiement en ligne pour vos virements bancaires internationaux dans plus de 50 devises.

Peu importe la raison de vos paiements à l’étranger, nous sommes sûrs que nos spécialistes des devises vous feront gagner du temps et de l’argent, en vous offrant plus de tranquillité d’esprit. Appelez notre équipe dès maintenant au : +33 3 59 36 04 50.